Benjamin Desroches/Brest 2016

Benjamin Desroches/Brest 2016

Brest 2016. Royal après Hollande

Dans la famille Hollande, je demande… comment dit-on… ben, je demande l’Ex. Cette fois, c’est Ségolène Royal qui est venue inaugurer Brest 2016, quatre ans après François Hollande qui y avait fait un passage doublement remarqué. D’abord parce que le soleil était revenu opportunément pendant sa visite, mettant fin à plusieurs jours de pluie, et surtout parce qu’il y a vécu un véritable triomphe romain. En ce temps-là, le Président vivait encore un semblant d’état de grâce que sa compagne de l’époque, Valérie Trierweiler, n’avait pas encore totalement balayé avec son tweet dévastateur dégommant justement l’Ex.

En ce 14 juillet 2012, le Président vécut à Brest le moment le plus exaltant de son quinquennat. Ni avant, ni après, il ne fut à ce point acclamé par des dizaines de milliers de visiteurs, remerciant ainsi le président nouvellement élu d’être le premier à faire le déplacement à Brest et de le faire sans chichis (ni Chirac) au milieu d’une foule à l’enthousiasme consensuel. Même des gens de droite applaudissaient puisque le 14 juillet doit être un jour de concorde nationale, surtout en présence d’un président encore tout auréolé de son titre et pas encore éreinté par les sondages.

A nouveau sollicité, François Hollande a cette fois logiquement décliné l’invitation et c’est donc Ségolène Royal qui a fait le déplacement pour inaugurer l’événement, qu’elle avait déjà fréquenté lors de Brest 2008. En déclenchant au passage une belle vague sur les quais, un an après sa défaite à la présidentielle contre Sarkozy.

Et à propos de présidentielle, voilà le jeune Macron, sorti comme un polichinelle du tiroir, qui se lance dans le sillage de 2017 en affirmant qu’il ne veut pas être le « maillot jaune « . Lui, le vieux gréement, ce n’est pas son style. Les sloops, les huniers et la misaine sur le bas monde, il laisse à d’autres. C’est à Carhaix qu’il est attendu vendredi pour le West Web Festival, rendez-vous du numérique et de l’innovation, organisé en marge des Vieilles Charrues. Avec ce qui se passe en ce moment autour de lui, sa venue est un événement. Pourvu que Polnareff n’en prenne pas ombrage.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider