Récompense aux lauréats du concours Breizhacking

Marguerite & Cie, lauréate du Breizhacking en 2019. Photo @Breizhacking

Breizhacking. Startups et innovation responsable

Le Breizhacking, challenge de startups engagées, revient pour une 4ème édition. Le concours met en avant des startups bretonnes et parisiennes travaillant sur l’innovation responsable. Demi-finales à Paris et Lorient, grande finale à Rennes : le processus est rodé. Reste à savoir qui succédera à Marguerite & Cie, Gaspard ou encore Wiker, d’anciens lauréats bretons lancés sur la voie express du succès.

Le Breizhacking, c’est la « startup nation » en version vertueuse. La « startup nation », concept cher à Emmanuel Macron, veut produire des géants de l’économie numérique de demain, « les licornes » comme on dit dans le jargon. De son côté, le Breizhacking, met en avant des projets qui répondent aux problématiques environnementales et sociales d’aujourd’hui. Une vision plus modeste, mais forcément utile, qui assure le succès de l’événement. Depuis 3 ans, plus de 100 startups se sont présentées au concours et selon Guillaume le Niliot, fondateur, avec Matthieu Bruckert, du Breizhacking, le flux n’est pas près de tarir : « La nouvelle génération se positionne énormément sur ces questions, pour faire changer les comportements ». Les fonds qui investissent dans l’univers startup garde un œil attentif sur cet écosystème estampillé économie solidaire : c’est déjà bon pour leur image aujourd’hui. Ce sera peut-être très rentable demain.

AVIVA partenaire du Breizhacking

Mais revenons à nos Bretons. Une des raisons du succès du Breizhacking, qui attire startups candidates et partenaires (la compagnie d’assurance AVIVA devient partenaire principal en 2021, la Région accompagne l’événement depuis le début, tout comme BPI France), ce sont les lauréats. Preuve que le concours vise juste auprès des startups candidates bretonnes et parisiennes. Aucun n’est, pour l’instant, valorisé des milliards en bourse, mais beaucoup ont déjà prouvé qu’un avenir radieux leur était promis. Parmi les pépites récompensées, on trouve donc Marguerite & Cie, une marque de protections menstruelles biologiques qui milite pour leur gratuité. Elle a remporté le Breizhacking en 2019. En 2018, c’est Gaspard, dispositif de E-santé pour prévenir les escarres, qui décrochait la timbale. On pourrait encore citer les Rennais d’Agriloops, qui produisent des gambas écolos ou le lauréat 2020, Benevolt, qui met en relation les bénévoles et les associations pour des missions de bénévolat.

La Bretagne mise en avant

Au fait, vous vous demandez peut-être depuis 2 minutes pourquoi des startups parisiennes dans un concours Breizhacking ? C’est bien, vous suivez. La réponse de Guillaume est simple : « nous voulons montrer aux Parisiens qu’il y a des choses qui se passent sur les territoires, et notamment en Bretagne. Nous travaillons pour la notoriété d’une région qui a beaucoup d’atouts pour intéresser, et attirer, des structures de la capitale »

Au-delà du concours, les équipes du Breizhacking se décarcassent toute l’année pour accompagner le développement et la notoriété de ces startups et les mettre en relation avec le monde de l’entreprise. Récemment, Marguerite & Cie et D’un seul geste (candidat au Breizhacking 2019, la société développe l’apprentissage du secourisme en réalité virtuelle en entreprise) ont ainsi participé à un atelier avec La Société Générale.

Maintenant, rendez-vous en avril 2021 pour découvrir les nouveaux cracks numériques de l’économie sociale et solidaire. Les startups intéressées peuvent s’inscrire dès à présent.

Calendrier

11/03 demi-finale Paris
18/03 demi-finale Lorient
15/04 Finale Rennes

Julien Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider