Bonne année, bons crêpiers !

Gilbert Collard, à l’itinéraire politique légèrement tortueux, a plusieurs fois retourné sa crêpe. Il est aujourd’hui l’un des ténors du Rassemblement bleu marine (RBM) de Marine Le Pen et emporté par un raccourci un peu brutal, il a mis les crêpiers bretons en pétard. En remettant en cause la réalité de la baisse du chômage, il a évoqué les stages bidons « de crêpiers et d’hypnotiseurs » qui permettent de parquer des demandeurs d’emplois et d’atténuer artificiellement la part sombre du marché de l’emploi.

Sur le fond du traîtement du chômage, il n’a pas tort. Sur la forme, il fait penser à Macron et ses « illettrées » quand il installe sur le même banc les crêpiers et les hypnotiseurs en laissant clairement entendre que la crêpe est une impasse professionnelle pour simples d’esprit un peu enfarinés ! C’est peu dire que les crêpiers bretons n’ont pas apprécié, comme l’a rapporté Le Télégramme, en alignant les milliers d’emplois et le poids de cette activité professionnelle. En Bretagne mais aussi dans l’ensemble de l’Hexagone.

Les hommes politiques sont donc prévenus. Les Bretons ont l’épiderme chatouilleux et en cette année 2017 qui nous promet une double campagne électorale (présidentielle et législative) particulièrement chargée, la classe politique est priée de ne pas jouer avec la symbolique armoricaine. Gare au au premier qui dira que son adversaire est gland comme un goéland, qu’il ne vaut pas un coup de cidre ou qu’il a dû abuser du chouchen. Gare au premier illuminé qui commencera une émission de telé en lançant « kenavo », qui fera rimer mentir avec menhir ou crétin avec Bigouden. Gare à l’imprudent qui prendra le kig-ha-farz pour des langues de belle-mère ou le far breton pour un projecteur marin. Et on ne touche ni au beurre salé, ni au kouign aman ni même aux cochons !

En attendant, bonne année, bons crêpiers, tous nos vœux aux Collard et à ceux qui riment avec et que 2017 vous apporte de bonnes crêpes dans vos assiettes.

René Perez
1 Commentaire
  1. sans partager les idées ,il a raison,il en va des crêpes comme des pizzas,tout le monde croit que c’est facile,mais les bonnes sont rares,et les mauvaises dénaturent le produit,mais c’est,juste bon pour le taux de chômage. mais il est de bon ton de critiquer systématiquement..

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider