lapins

Bolloré chez Ubisoft. Du mouron pour les Lapins crétins

Quand un Breton s’allie avec un autre Breton, il y a de quoi réjouir la diaspora bretonne. Mais ce n’est visiblement pas sous cet angle qu’il faut interpréter l’entrée de Vincent Bolloré, le financier quimpérois, au capital d’Ubisoft, la société créée par les frères Guillemot à Carentoir dans le Morbihan. Devenue un des leaders mondiaux des jeux vidéos, cette société a lancé des produits au succès planétaire comme Assassin’s Creed ou les Lapins Crétins et la montée en puissance de l’entreprise a généré la création d’autres sociétés dont Gameloft, étendant la portée d’un groupe présent dans 30 pays où il emploie près de 10.000 personnes.

Vivendi, le groupe de Vincent Bolloré vient d’annoncer son entrée au capital d’Ubisoft et Gameloft à hauteur de 160 millions d’euros pour détenir respectivement 6,6% et 6,2% du capital des deux sociétés de ce groupe qui pèse aujourd’hui plus de 2 milliards d’euros. Mais la réaction du groupe des frères Guillemot a vite écarté toute hypothèse d’entente entre Bretons pour consolider la société. « Cette participation est non sollicitée », a déclaré sèchement la direction d’Ubisoft, montrant ainsi son agacement de voir le financier débarquer dans la société, lui qui n’a pas pour habitude d’investir pour jouer les faire-valoir. Autrement dit, les cinq frères fondateurs du groupe craignent de voir Vincent Bolloré monter au capital de la société pour en prendre le contrôle et non simplement pour « placer des liquidités » selon les termes du communiqué apaisant de Vivendi. Une prise de contrôle du groupe serait d’autant plus à la portée du Quimpérois que le capital de ces deux sociétés est très éclaté, la famille Guillemot n’en possédant que moins de 10%.

Autant dire qu’après les Guignols de Canal+, ce sont cette fois les Lapins crétins qui se font un peu de mouron en se demandant si Bolloré vient avec la carotte ou le bâton.

Julien Perez
1 Commentaire
  1. Marc

    Je ne suis pas expert en placements et en investissements mais pour moi le seul objectif qui vaille est l’impact sur l’économie réelle à savoir la création de produits nouveaux et surtout son corollaire le développement de l’emploi .

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider