assa

Bolloré-Guillemot. La fin du bras de fer breton

Dans les jeux vidéo, on appelle ça une battle. Une confrontation où toutes les armes sont de sortie et qui, à la fin, fait toujours des morts. Mais en l’occurrence, il n’y a pas de victime. Les Guillemot, frères de la côté morbihannaise, réussissent à garder le contrôle de leur navire Ubisoft mais le pirate Vincent Bolloré repart avec son drapeau à tête de mort et une partie du trésor.

La battle en question a commencé il y a près de trois ans, quand le puissant industriel quimpérois, devenu un magnat des médias, a attaqué frontalement les frères Guillemot en se mettant en tête de prendre le contrôle d’Ubisoft, un des leaders mondiaux des jeux vidéos, porté par de gros succès comme Assassin’s creed (notre photo) ou les Lapins crétins. Une offensive hostile, sans concertation avec la fratrie morbihannaise, qui a soulevé quelques hauts le coeur, y compris dans le monde politique, où on s’est inquiété de cette incursion inamicale au sein d’une des grandes réussites françaises dans les nouvelles technologies.

Bolloré : 27 % du capital

Rien à faire. Vincent Bolloré a poursuivi son offensive dont on pensait qu’elle irait jusqu’au bout puisqu’il a réussi à monter jusqu’à 27 % dans le capital, soit plus que les cinq frères Guillemot eux-mêmes. Et puis, brutal revirement ! Le Quimpérois vient de décider de tout vendre. Les frères ont bien organisé la résistance, Bolloré a sur le feu d’autres coûteuses prises de participations, notamment en Italie, et surtout, le cours de l’action a fait une belle culbute depuis deux ans et demi. Et pas seulement à cause de cette guerre ouverte. Le jeu vidéo se porte très bien dans le monde et la valorisation des sociétés suit une courbe très soutenue.

Une ouverture sur la Chine

Dans cette battle, le mot « Fin » arrive donc bien plus tôt que prévu et selon un scénario inattendu. Les frères Guillemot sortent renforcés et rachètent une partie des actions Bolloré. Une autre (5 % du capital) va au Chinois Tercent. Le genre de prise de participation qui fait toujours un peu peur mais qui en l’occurrence devrait constituer une formidable porte ouverte sur la Chine puisque Tervent est la mpremière plate forme mondiale avec un milliard de joueurs mensuels. D’énormes perspectives si Ubisoft réussit à créer des jeux adaptés à certaines particularités asiatiques.

Les frères Guillemot se frottent les mains. Bolloré aussi. Il vient de vendre pour 2 milliards d’euros des actions qui lui avaient coûté environ 800 millions. Soit 1,2 milliard de plus value ! Le Quimpérois pourrait jouer dans Assassin’s Creed. Mais ce n’est pas un Lapin crétin.

René Perez
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider