beer

Bière artisanale. La Gloster, The bière bretonne

La Gloster Craft Ale est une microbrasserie installée à Scaër (29). A sa tête, Oliver Gloster, un Anglais installé en Bretagne depuis 27 ans, pour qui rien ne vaut le « homemade » en matière de bière !

Oliver Gloster fait partie des milliers de Britanniques à avoir débarqué en Bretagne dans les années 90. Comme la plupart, il a posé ses valises dans les fins fonds bretons. Aujourd’hui, dans la ferme-brasserie Gloster de Scaër (29), il fabrique sa bière : la Craft Ale. Ex-forestier du Summerset, plutôt éloigné du modèle de L’Amant de Lady Chatterley, Oliver Gloster assume sa confession British lorsqu’il s’agit de houblon. Il a incontestablement le profil de l’Angliche : tempérament léger, plein d’entrain, aussi bon-vivant qu’intransigeant en matière de bière.

Ni Anglais, ni Français!

Titillez-le et Oliver Gloster s’égosillerait aisément à soutenir qu’il n’est ni Anglais ni Français. Il clame une sorte de non-appartenance. « J’ai une sœur adoptive qui est mi Malaysienne mi-Eyptienne. Je préfère parler d’universalité et il n’y a pas de fierté culturelle qui tienne. » Il est vrai qu’à 51 ans, dont 27 passés en Bretagne, le type de Devon a gagné son passeport, tissant sa toile auprès d’autochtones « archi-sympas ». Il parle d’ailleurs quasi-parfaitement le français.

Quoique…

Mais petite chicane oblige: il suffit de poser une bière sur la table pour que le discours œcuménique perde de sa puissance. Il parle de la bière comme de son propre sang, d’un sang qui coulerait outre-Manche depuis la nuit des temps. Sans vouloir offusquer qui que ce soit, Oliver Gloster veut que les traditions brassicoles aient une maison, comme le cidre est breton. Parole d’Anglo-Saxon.

Cinq bières Gloster

En bon chercheur d’or, il a bien connu quelques allégresses en buvant des mousses bretonnes. Mais est toujours restée… cette amertume… justement (et seulement) bretonne… Le dicton « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » étant so true, ce Mister Oliver Gloster, installé à Scaër depuis 1992, a donc décidé de lancer sa propre mousse. Etiquetée simplement Gloster, elle s’écoule à 5000 litres annuels et se décline en cinq saveurs, portant toujours en elle un de ces houblons d’Outre-Manche.

« Pour mes cinq références, j’utilise neuf variétés de houblon. Entre autres du Golding pour la Bière philosophale, corsée (stout), Mosaïc et Target dans la Phoenix (ambrée), Challenger et Golding pour la Black Crow (Irlandaise), Target & Styrian pour la Wolly (blonde). « 

Et si la Fat pigeon entre dans la catégorie IPA (Indian Pale Ale) des Gloster beers, le brasseur vise encore deux essentiels: une stout qui aurait « tout de la vraie Guinness », et une APA (American Pale Ale) aromatisée aux agrumes du jardin de Scaër. 28 hectares de possibles, sur lesquels beaucoup de consoude, et où l’orge pousse entre de bonnes mains. La vente des bières se fait ejn circuit court ou en direct à la ferme.

14 000 résidents anglais en Bretagne

Début des années 90, les cours de l’immobilier d’outre-Manche soulève un important exode transmanche. Les maisons à l’abandon ne sont plus. Une vague d’Anglais s’en empare, redorant particulièrement la côte d’Emeraude et le centre-Bretagne, chamboulant au passage les taux de l’immobilier en Bretagne, mais ayant le mérite de remettre de nombreuses ruines en état.

« Jenny et moi sommes d’abord venus passés des vacances à Saint-Thurien en 1991. On trouvait la Bretagne tellement cool que l’année suivante, on achetait une ferme toute proche et invendue depuis plus de dix ans « 

Sans compter les 10 000 Anglais qui détiennent une maison secondaire, des Oliver Gloster & company, on en compte aujourd’hui quelque 14 000 résidents en Bretagne. Des discrets, des figures à l’image de David Neal, tenancier du pub Le Brittany à Huelgoat, ou encore des brasseurs dans la pure tradition british…

 

 

Brasserie Gloster Craft Ale. Lieu-dit Ty Jaouen. 23390 Scaër. Tél. 06 85 51 27 11.

____________________________________________

Plus de 100 brasseries

La Bretagne compte plus d’une centaine de brasseries artisanales sur son territoire, ce qui en fait la 3ème région brassicole de France. Depuis Coreff, fondée en 1985, les brasseries artisanales bretonnes se sont multipliées. Le site bièresbretonnes.fr, référence régionale en la matière, en recense actuellement 118.

Manon Motir
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider