Photo Pierrick Contin

Photo Pierrick Contin

Baie du Mont-Saint-Michel : la moule déboule sur les étals

D’aucun disent qu’elle est Normande, nous n’allons pas les fâcher : la moule de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel est en train d’être récoltée par les mytiliculteurs, qui y vont à coups de bateaux amphibie pour déloger le coquillage de son perchoir.

Quelle est la différence entre une moule est un moule de bouchot de la Baie du Mont-Saint-Michel ? Son AOP, mon capitaine ! C’est d’ailleurs la seule de la grande famille des Mytilus Edulis à la posséder, une preuve de son origine et surtout du savoir-faire des mytiliculteurs engagés. Et non, bouchot, ce n’est pas son lieu d’origine, mais bien la manière dont est cultivé le coquillage qui réunit bretons, normands et belges autour de ce sacré moules-frites.

À la pêche aux mouettes, moule tu attraperas

La légende dit qu’un voyageur irlandais aurait inventé ce mode de culture : l’affamé naufragé voulait piéger des oiseaux dans des filets tendus par des pieux planté dans la mer… Le goéland des environs de la Baie de l’Aiguillon n’étant pas à son goût, il s’aperçoit que ses piquets, eux, ont choppé de la moule. Il les réunit donc par des claies et baptise sa trouvaille avec les mots « bout » et « choat » : littéralement, la clôture en bois. C’était en 1200 et des brouettes, et depuis, les pieux sont restés, mais la technique et la technologie ont considérablement évolué.

La vie d’une moule dans la baie du mont Saint-Michel

Le mollusque bivalve à chair orangée coule de beaux jours dans la baie du Mont-Saint-Michel, accroché à des cordes bien enroulées autour de quelque 318 000 pieux. Perché, il est ainsi à l’abri de son pire ennemi, le bigorneau perceur, redoutable aussi envers les huîtres. L’infâme perce la coquille pour dévorer la chair de ses victimes. La vie d’une moule n’est pas sans dangers… Mais voilà que, onze mois après son installation, elle est sont délogée par le mytiliculteur : les dates de la saison, comprise entre juillet et février, sont fixées chaque année par l’Institut National de l’origine et de la qualité. Cette année, la récolte a été lancée le 26 juillet.

Fanny Degorce
Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider