Jean-Yves Goujard

A Plougastel, tous les fruits mènent au rhum

C’est une histoire peu commune, une aventure de garçons rêveurs et voyageurs, qui prend racine en Guadeloupe en 1997. Ronan et Olivier, fratrie du Relecq-Kerhuon et leur ami Alain, monte un restaurant, les Frères de la Côte, sur l’île papillon. De ce premier battement d’aile, et d’une côte vite acquise, va naître l’envie de monter une affaire au pays.

Le trio s’installe en 2001 à Camaret, même enseigne, talent pareil, et en profite pour faire découvrir aux clients, en même temps qu’une cuisine délicatement épicée, son rhum arrangé. Les trois compères servent déjà leur production en Guadeloupe. Pas de raison de ne pas en faire profiter les Bretons.

Premier rhum arrangé en France

En 2002, le « triumvirat » pousse le bouchon encore plus loin et sort la première bouteille de Breiz’ile, en même temps que Breizh Cola. Ce sera un punch arrangé. Le début d’une belle histoire, qui jusqu’ici, semble aussi idylique qu’un coucher de soleil sur les caraïbes.

Oui mais voilà, derrière ce nom auriverde, sauce gwenn ha du, il y a un produit qui, à l’époque, est le premier du genre en France. Oui, c’est de la pointe bretonne qu’est partie cette boisson arrangée et accommodante, qui plaît aujourd’hui à tout le monde et est produite par 25 sociétés en France.

Et les débuts n’ont pas été faciles. C’est souvent le cas lorsque l’on défriche, même au coupe-coupe. A la base des difficultés, il y a eu un problème de nomenclature : rhum arrangé, cela n’existe pas dans les cahiers de l’administration fiscale finistérienne lorsque Breiz’île se lance. L’écueil est de taille : impossible dans ce cas d’utiliser l’appellation rhum arrangé…

100 000 bouteilles en 2016

Après bien des discussions, après que des concurrents ont réussi à glaner la fameuse appellation, dans d’autres départements, Breiz’île a finalement le droit à son appellation définitive. Le développement, contrarié un temps, passe en mode accéléré : 450 bouteilles la première année, 100 000 en 2016, Breiz’île n’a plus rien d’un simple produit exotique. Les touristes en raffolent. C’est vrai que ça change du bol-prénom.

Les raisons du succès, au delà d’un nom bien senti, repose sur le produit lui-même et ses ingrédients. « Nous utilisons un rhum blanc agricole AOP. C’est le must, franchement » explique Alain « Ensuite, nous faisons notre propre sirop. Nous sommes les seuls dans ce cas. Enfin, il faut réaliser une chose : il y a 20 ans, le rhum était consommé de deux façons : en punch, de manière légère, ou en ti punch, de manière beaucoup plus costaud. Nous, avec un rhum à 23 °, on a créé un produit qui peut plaire à tout le monde, une boisson qui se partage entre hommes et femmes… »

Même une bière au rhum !

La collection s‘étire aujourd’hui sur 25 rhums arrangés, qui titrent de 23 à 40°. Une nouvelle gamme, les Arrangés du Rhum, plus contemporaine, avec un design plus branché, savoureux amalgame de rhum blanc et vieux, a été lancée. Et ce n’est pas tout : Breiz’île, c’est également une bière au rhum, baptisée la bière sans frontière. Alain s’est associé à un brasseur alsacien. Et devinez quoi ? Elle a déjà été copiée…

Aujourd’hui, l’entreprise compte 6 salariés. Les produits sont distribués dans plus de 700 points de vente. Et les trois garçons voyageurs et rêveurs participent toujours à l’élaboration de nouveaux mélanges…

Julien Perez
2 Commentaires
  1. Basic Marie France

    Je voudrais savoir où en trouver à Vannes merci

Laisser un commentaire

Votre adresse email sera publiée. Les champs obligatoire sont marqués par un *

viderValider